Education respectueuse

L’autorité dans la parentalité

C’est un sujet devenu tabou tant il a une connotation marquée par des années de patriarcat. Pour rappel, le patriarcat c’est « une forme d’organisation sociale et juridique fondée sur  la détention de l’autorité par les hommes ». De nombreuses générations en ont souffert, et malheureusement, en 2018, il en reste encore trop de traces! Mais alors, qu’est ce que l’autorité parentale aujourd’hui?

Et si on se faisait un petit historique?

L’autorité, au départ, pouvait venir de trois grandes sources : la Tradition, le Cosmos, et Dieu. Or, au XVI e siècle, ces trois sources ont été remises en cause : la Théologie par Luther, le Cosmos par Copernic et la Tradition par les essais de Montaigne. Pour en revenir à une période plus actuelle, c’est une loi de juin 1970 qui parle d’autorité parentale. Avant cela, il s’agissait de la puissance paternelle. Les mots parlent d’eux-mêmes je pense, le père de famille avait donc pleinement autorité sur tous les autres membres. Merci la crise de 1968 et la liberté de la femme! Voilà donc bientôt 50 ans que nous avons  une certaine équité légale au niveau de l’autorité, et pourtant vous et moi savons que trop bien qu’elle est encore extrêmement fragile. Mais ceci est un autre débat, non moins intéressant d’ailleurs.

Le terme de parentalité est lui un néologisme qui a été officialisé dans les années 80 et qui est présenté dans la langue courante comme étant un « nom féminin renvoyant à la qualité de parent, de père, de mère. »

Oui, mais alors, c’est quoi l’autorité parentale?

Bien que l’on soit libéré de la puissance paternelle depuis près de 50 ans, l’autoritarisme qui s’y rattachait à eu encore de beaux jours. Si bien qu’aujourd’hui, en le rejetant complètement, on en vient à s’y perdre.

Lorsque je me suis intéressée à l’éducation bienveillante, une chose était très claire pour moi: je ne voulais pas être une mère autoritaire, dans le sens ou je ne voulais pas d’autoritarisme. Il était hors de question de faire ce que j’appelle de l’adultisme, c’est à dire d’imposer des choses simplement parce que je suis une adulte, en mettant mes enfants en situation de soumission.

Alors j’ai lu beaucoup de livres sur l’éducation bienveillante, j’ai suivi des formations également, et je commençais à y voir plus clair. Cependant, quelque chose m’a frappée : il n’y avait pratiquement rien sur l’autorité. La plupart des livres ne mentionnent pas ce terme, si bien que beaucoup de personnes ont pensé que l’éducation bienveillante était du laxisme.  Pourtant tout le monde a l’air plutôt au clair sur ce point : l’éducation respectueuse n’est pas du laxisme. Le laxisme est tout aussi dangereux que l’autoritarisme pour les enfants. Mais alors, comment faut il faire?

J’ai l’impression que de nombreux parents sont perdus, car pas assez accompagnés sur le sujet.

D’abord, l’autorité parentale est définit dans une loi (n° 2002-305), dont la dernière modification date de 2002. Il s’agit de l’article 371-1 qui définit le terme ainsi : « l’autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant. Elle appartient aux pères et mères jusqu’à la majoritéou l’émancipation de l’enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement  dans le respect dû à sa personne. Les parents associent l’enfant aux décisions qui le concernent, selon l’âge et son degré de maturité. »

Un peu d’éthymologie?

Les confusions et peurs pour utiliser les bons termes viennent de la mauvaise connaissance des mots. Il est donc temps de rétablir cela.

Le mot autorité vient du latin « auctoritas ». Le mot est associé à la garantie, à la confiance, à l’exemple ou à l’influence de l’être. Il est dérivé de « auctor » ( auteur, créateur, maître, modèle) et de « augere » ( croître, faire croître, augmenter). L’autorité c’est donc ce qui élève, fait grandir.

L’autorité est une manifestation de force, mais cette force est non violente quand elle laisse aux autres la possibilité d’être forts aussi, de devenir acteurs de leurs actes, d’exercer eux-mêmes de l’autorité sur leur propre vie, ou par rapport aux autres.

Il est nécessaire de comprendre que cela n’a rien à voir avec l’autoritarisme. Etre autoritaire, c’est se sentir le droit d’imposer son point de vue en niant celui de l’autre. C’est le soumettre, par la violence ou la peur. Deux notions complètement absentes de l’autorité.

Un parent qui exerce efficacement son autrité parle patiemment et donne des autorisations. Il entretient des rapports fondés sur la confiance. Il ne cherche pas à tromper son enfant mais ne se laisse pas marcher sur les pieds. Il est à l’aise dans le face à face, ne dissimule pas ses sentiments, joue cartes sur table. Il recherche des compromis. Il est à l’aise dans son corps, en sécurité intérieure, en cohérence avec lui-même, il est authentique.

Cette sécurité intérieure, je vous en parle depuis un moment sur mes réseaux, je vous montre comment la construire grâce à l’enfant intérieur.  Elle est nécessaire à l’exercice d’une autorité bienveillante, car elle permet de ne pas voir l’autre comme un rival ou une menace (vous vous souvenez de ce que je disais dans un précédent article sur la compétition entre votre enfant intérieur et vos enfants?)

Les dispositions à l’autorité prennent leur source dans la plus tendre enfance, quand nous avons été élevé de façon suffisamment sécurisante, suffisamment valorisante et nourrissante. Si tel n’a pas été le cas, alors un travail sur soi, des rencontres de personnes bienveillantes ou un bon équilibre de vie peuvent également contribuer à développer cette autorité. Elle peut toujours être cultivée.

N’oublions pas que la véritable autorité suppose le consentement de celui auquel elle s’adresse, dans une relation de confiance mutuelle.

Les enfants accordent leur confiance aux adultes qui leur manifestent de l’attention et qui leur ouvrent des perspectives d’avenir.

D’accord, mais l’autorité, pourquoi?

On l’a vu précédemment, l’autorité sert à élever l’autre. A le rendre autonome, à ce qu’il puisse lui-même avoir de l’autorité sur sa propre vie. Mais l’autorité est une nécessité, car elle permet également d’instaurer des limites, vitales pour l’enfant. Les limites rassurent, sécurisent et aide l’enfant à se structurer. L’enfant qui ne peut pas se confronter à des limites à l’impression d’être tout puissant, et cela est très angoissant pour lui. Il ne peut pas gérer cela, ni physiquement, ni psychiquement, et va tout faire à travers son comportement pour avoir des réponses cadrantes et limitantes. Les limites viennent également mettre l’enfant en situation de sécurité physique : un enfant ne peut pas mettre les doigts dans les prises ou les mains sur la gazinière.

Maintenant que nous avons vu pourquoi il est important d’avoir de l’autorité avec ses enfants, nous reparlerons dans un prochains articles de la manière dont on peut poser des limites et à quoi servent les sanctions éducatives.

« autoriser quelqu’un à être n’implique nullement de l’autoriser à faire n’importe quoi » Gérard Guillot



1 réflexion au sujet de “L’autorité dans la parentalité”

  1. Super article ! J’ai adoré. Pratiquant moi meme l’éducation dite positive et bienveillante, j’ai également le droit au jugement des autres, décrivant cela comme du laxisme. Mes enfants sont heureux, épanouis, libres de s’exprimer, écoutés, aimés mais surtout accompagnés et c’est ça le plus important. Je leur donne l’amour, la confiance et leur apprend tout un tas de valeurs positives en étant une mère alerte de leur individualité en tant que personne 😍
    J’ai également rédigé 2 articles à ce sujet sur mon blog et ça me ferait vraiment plaisir d’avoir ton avis sur mes textes, si toutefois tu le veux bien bien-sûr.
    Encore bravo !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s